Tester le métier dont on rêve ..

Publié le par ilanou

Tester le métier dont on rêve avec Savoir Faire et Découverte

Changer de métier, se lancer dans un projet personnel ou rejoindre une entreprise à taille humaine, associer qualité du travail et de vie dans une activité qui contribue à la préservation de notre environnement... voilà des motivations de plus en plus rencontrées.

Devenir ébéniste, charpentier utilisant un bois local non traité, vigneron bio, fabricant de produits cosmétiques bio ou encore décorateur créateur de peintures naturelles ... de plus en plus de français recherche des métiers en adéquation avec les enjeux environnementaux actuels. Mais avant de se lancer dans des démarches longues et coûteuses, pourquoi ne pas expérimenter le métier dont on rêve, pourquoi ne pas partager idées, interrogations avec des professionnels de talent ?

Plus de 50 métiers passion, écologiquement et socialement responsables, sur des secteurs d’avenir, sont à portée de main avec Savoir Faire et Découverte. L’association propose à tous ceux qui s’interrogent sur leur future vie professionnelle de venir tester un métier. L’objectif est de confronter le participant à la réalité du métier envisagé ou imaginé, de tester sa motivation et également d’acquérir (ou d’approfondir) ses connaissances théoriques et pratiques, en bénéficiant de l’expérience et du savoir faire des professionnels du réseau.

Plus de 50 métiers sont proposés, pratiqués par 60 professionnels, dans plusieurs régions de France. Il s’agit d’une immersion individualisée de 3 à 5 jours, sur le terrain, avec un professionnel (artisan, agriculteur, artiste, entrepreneur de l’économie sociale et solidaire) sélectionné pour la qualité de son savoir faire, ses qualités pédagogiques et son engagement environnemental.

Un encadrement personnalisé  dans les conditions réelles d’exercice du métier, les candidats à la reconversion plongent au cœur du savoir faire. Ils pratiquent, avec le professionnel, les différentes étapes du métier. Et bénéficient des explications techniques et théoriques nécessaires à la bonne compréhension du savoir-faire : maniement des outils, gestes précis, recherche de solutions pratiques mais aussi fonctionnement économique de l’entreprise, organisation du temps, etc.

Un réseau de professionnels qualifiés , des artisans, des agriculteurs, des responsables de projet, des créateurs, des artistes...en activité et motivés pour partager leur passion. Ils sont tous qualifiés par « Savoir Faire et Découverte » pour leurs compétences professionnelles et pédagogiques, ainsi que leur engagement dans des pratiques écologiques. Témoignages de candidats au changement de métier Caroline, 31 ans, a testé le métier de Producteur cueilleur de plantes aromatiques ou médicinales 
et de Vannier. « Jusqu’ici, j’ai travaillé dans l’enseignement et dans l’accompagnement de projets ruraux, mais je restais derrière mon ordinateur. Cela ne me satisfaisait pas. J’avais une certaine habileté manuelle. Et puis je voulais être en adéquation avec mes valeurs : profiter de ce que la nature nous offre et transmettre des savoir-faire perdus. J’ai commencé par participer à des chantiers solidaires en agro-écologie pour me confronter au terrain. J’ai appris des choses mais je me posais encore des questions. Avais-je besoin d’une formation plus longue ? Comment m’organiser au quotidien dans une ferme ? Quelle était la viabilité économique de ce type d’activité ? J’ai pu rencontrer des artisans qui avaient vraiment l’envie de partager et j’ai vu comment ils vivaient au quotidien. Avec la vannière, on a pu discuter de nos parcours, de mes attentes. Je l’ai suivie lors d’une animation pédagogique avec une classe d’enfants handicapés. Quant au producteur de fruits et plantes, j’ai pu participer à ses activités de transformation, à la préparation du marché et à la vente. Lors de mon entretien d’évaluation, je me suis rendu compte que j’ai également acquis des techniques pour créer mes propres paniers en vannerie mais aussi pour reconnaitre et transformer les plantes aromatiques et médicinales. Cela a confirmé ce que je pensais. Ces professionnels ont fait avant tout un choix de vie en choisissant ces métiers. Ils assument le fait d’avoir un mode de vie modeste. Cela m’a confronté à ces réalités. »

Bernard, 48 ans, a testé le métier de constructeur de maison écologique et le métier de maçon spécialiste des enduits naturels. « 
Je suis cadre dans un organisme de recherche public et je sens que je ne mène pas une vie qui me correspond totalement. En particulier, je suis frustré de ne pas utiliser mes capacités manuelles dans mon activité quotidienne. En mars dernier, j’ai vraiment eu un déclic en visitant le salon « éco habitat » sur Paris. Depuis, je sens une véritable passion pour l’éco construction et j’ai envie de réaliser des choses dans ce domaine qui fait sens pour moi. Ma problématique de départ n’était pas d’acquérir des compétences mais de tester mon envie de changer de vie professionnelle. De me rendre compte si cette envie résisterait à l’épreuve de la réalité. Et puis, je voulais savoir si je me sentais capable d’exercer un métier manuel. J’ai bâti un demi-pavillon, je sais que je suis adroit et que j’apprends vite ; mais de là à construire des maisons pour les autres ! L’éco construction, c’est vaste. Je me suis surtout passionné pour les maisons en ossature bois et l’isolation en paille. La personne de « savoir faire et découverte » qui a réalisé mon entretien d’orientation a donc choisi de me faire découvrir le banchage chaux-chanvre. Mais comme elle a aussi détecté chez moi une fibre artistique, elle m’a proposé de découvrir la réalisation d’enduits décoratifs. J’estime que j’ai été conseillé intelligemment. Avec le premier j’ai pris la mesure de ce que ne voulais pas entreprendre, en termes de rythme de travail ou de relations avec les autres corps de métiers. J’ai réalisé que je ne souhaitais pas me retrouver à longueur de journée à l’extérieur, exposé aux intempéries, ou à faire des tâches trop répétitives, pénibles, dangereuses. Par contre, j’ai énormément appris sur sa façon de gérer son entreprise, les fournisseurs dans ce milieu, l’établissement d’un devis ou comment concilier cette aventure professionnelle avec sa vie de famille. Avec le second, ça a plutôt été de l’ordre de la révélation : j’ai découvert un plaisir que je ne soupçonnais même pas dans le geste, la matière, les possibilités créatives. En fait, il a suffi de ces deux immersions, respectivement de 4 et 2 jours pour que je sente mes motivations s’éclairer. »

Comment financer le test métier ? Le Test Métier est éligible aux dispositifs de formations professionnelles

* 
(Droit Individuel à la Formation, plan de reconversion, bilan de compétences...).

* Pour les demandeurs d’emploi Bas-Normands, possibilité de financement dans le cadre du dispositif Espoir.


 * Pour les personnes ayant le souhait de s’installer en région Limousin, des facilités sont accordées 
aux demandeurs d’emploi quelle que soit leur origine géographique.

Plus d’informations : Savoir Faire et Découverte La Caillère 61100 La Carneille

Tél : 02 33 66 74 67

contact@lesavoirfaire.fr

www.lesavoirfaire.fr link

Commenter cet article